Instagramer of the week #1 : Hend Jebali

Ils sont de plus en plus nombreux à utiliser Instagram comme moyen d’expression et à avoir beaucoup de succès ! Picstore a choisi de vous présenter chaque semaine l’un d’entre eux. Bloggeuse reconnue (suivie par plus de 17 000 followers) et éditeur en chef beauté à FFDESIGNERMAGHend Jebali nous ouvre ses portes pour nous parler de son expérience Instagram. C’est notre « Instagramer of the week » ! 

Depuis quand faites-vous de la photographie ? 

‘J’ai commencé à faire de la photographie en 2012. Dès que j’ai terminé mon cursus universitaire d’Arts et Métiers à Denden (ESSTED). Cela a tout d’abord été une passion mais par la suite c’est devenu mon métier à travers FFDESIGNERMAG. C’est à ce moment là que j’ai commencé à faire sérieusement de la photographie.’

Vous êtes d’ailleurs rédactrice en chef adjointe et beauté de ce magazine, était-ce ce dont vous avez toujours ou pensiez-vous avoir un tout autre parcours ? 

‘Du tout ! Quand j’ai commencé mes études j’avais envie de devenir architecte d’intérieur. A la faculté j’ai découvert d’autres matières telles que la photographie. Quand j’ai rencontré Seifeddine Laouiti (ndlr : créateur de la marque Narciso Domingo Machiavelli) j’ai découvert a travers lui le monde de la mode d’un autre œil, plus en profondeur, j’ai directement accroché avec çà. A présent je suis très heureuse avec mon travail et je ne m’imagine pas faire autre chose, j’adore ce boulot !’

Pensiez-vous avoir autant de notoriété sur les réseaux sociaux ? 

‘Jamais ! Quand j’ai commencé à être sur Instagram, je photographiais et partageait plus ou moins tout et n’importe quoi. Puis, en commençant à avoir des lecteurs, je me devais d’avoir « une ligne éditoriale ». J’ai donc commencé par effacer mes anciennes photos, c’est pour cette raison qu’en 3 ans je n’ai qu’un peu plus de 400 posts. J’essaye toujours de me mettre dans la peau d’un nouvel abonné qui va découvrir mon profil et l’apprécier, je ne veux aucune fausse note ! J’étais à 6000 abonnés le 9 juin, je m’étais promis de dépasser les 10000 d’ici à la fin de l’été, et aujourd’hui j’en ai plus de 17000 ; challenge réussi !’

Quelle place accordez-vous à instagram dans votre vie aujourd’hui ? 

‘Depuis que j’ai Instagram je ne porte plus aucun intérêt pour les autres réseaux sociaux. D’ailleurs pour l’anecdote, la semaine dernière mon Instagram a buggé, j’ai dû passer l’après-midi à le réinstaller. C’est devenu une passion, avec ce coté « blogging » à travers les photos. Une image vaut milles mots. Je peux à travers cette application transmettre ce que j’aime, ma passion pour la mode et la beauté aux personnes qui me suivent. J’adore concevoir des « Flat Lays » (ndlr, photo d’une composition prise en plongée, voir ci dessous), composés avec ce que j’ai sous la main. Ça m’amuse et j’adore partager çà avec mes followers.’

Vous nous parlez de «blogging», quel avantage tirez vous à être une bloggeuse reconnue ? 

‘Des cadeaux ! (Rires) j’en ai reçu plusieurs dont un de la part de Picstore d’ailleurs, mais aussi de la marque de sous vêtements « Triangl » localisée aux USA. Ils m’ont envoyé un mail pour savoir quel genre de maillot de bain je voudrais, de quoi être aux anges ! Mais ça ne se résume pas seulement à ça. On commence à se dire que l’on a notre place sur la scène médiatique ou encore dans le monde de la beauté en Tunisie. J’ai pu à travers mon boulot assister à des conférences de presse. J’aimerais bien arriver au niveau des bloggeuses internationales que l’on appelle pour assister à différents évènements. Que ce soit considéré comme un métier, qu’on puisse te payer pour poster quelque chose. Sur la photo d’un parfum quand j’écris une review de quelques lignes et lorsque ton avis a du poids, cela peut suffire pour atteindre le consommateur et qu’il décide d’acheter ce produit. Je ne pense malheureusement pas que ce sera le cas en Tunisie.

Sinon, utilisez-vous des logiciels pour modifier vos photos ? Tels que Vsco cam ou Snapseed ? 

‘Pour mon travail professionnel j’utilise mon appareil photo et Photoshop. En ce qui concerne la plupart de mes photos Instagram, elles sont prises avec mon Iphone. Je n’applique pas de filtre, je fais uniquement du traitement d’image avec l’application Photoshop express mais aussi Snapseed. En ce qui concerne Vsco Cam je ne l’utilise pas comme application pour modifier mes photos ou autres mais plutôt pour pré-visualiser mes photos avant de les publier et de voir l’effet harmonieux qu’elles pourront avoir sur Instagram.’ 

Comment voyez-vous la suite de vos projets dans quelques années ? 

‘Honnêtement, je suis le genre de personnes qui travaille au jour le jour et qui me pose des challenges. Je ne sais pas où est-ce que je me verrais, j’espère évoluer avec la progression du magazine. Je prends aussi des photos entre autre pour Mabrouk ou Blue Island, et je fais plusieurs shootings. Si ça continue comme çà et que ça devient connu à l’échelle internationale ce serait top !’


Propos recueillis par Leila Hizaoui
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *